Audrey Campbell

Enseignante depuis 15 ans dans un collège REP, Audrey Campbell a intégré il y a 3 ans le GEP (groupe d’expérimentations pédagogiques) physique-chimie. Elle a recherché des méthodes et une organisation qui favoriseraient l’engagement et l’apprentissage des élèves. Au sein de sa classe, elle pratique la pédagogie active, les élèves expérimentent et utilisent l’espace pour construire leurs savoirs. C'est là qu’est né son projet de salle innovante en sciences.

Enseignante depuis 15 ans dans un collège REP de l’Essonnes, Audrey Campbell a intégré il y a 3 ans le GEP (groupe d’expérimentations pédagogiques) physique-chimie.

Elle a ouvert sa pédagogie vers l’expérimentation, la diversification et l’innovation, en y intégrant le numérique.  Dans ce cadre, elle a publié un article en ligne sur la classe inversée (site Physichim-Versailles) et réalisé des parcours de e-ducation.
Ces 3 dernières années, son expérience en tant que formatrice disciplinaire, interdisciplinaire et pour le numérique, a contribué à l’interroger sur la façon d’apprendre et sur les leviers d’efficacité des apprentissages, à tous les niveaux (élèves, enseignants, et même, formateurs). Elle a donc fait évoluer ses cours, recherché des méthodes, des supports, et une organisation qui favoriseraient l’engagement, la compréhension et l’apprentissage des élèves. Au sein de sa classe, elle pratique la pédagogie active, les élèves réfléchissent, recherchent, expérimentent et utilisent l’espace pour construire leurs savoirs. Dans son ancienne salle de sciences, ses pratiques étaient verrouillées par un mobilier fixe et frontal  elle a donc eu envie de concevoir un lieu plus approprié, plus vaste, qui permettrait une réelle mobilité des élèves et libèrerait les apprentissages: c’est là qu’est né son projet de salle innovante en sciences.